mercredi 27 juin 2012

Qu'est-ce que l'éveil spirituel et pourquoi je ne cherche plus à m'éveiller

Après l'éveil

On dit parfois, dans les milieux spirituels, que les plus grands éveillés sont restés silencieux et totalement inconnus, mais je crois que nous pouvons nous entendre pour dire que généralement celui ou celle qui s'éveille prend le rôle de ce que l'on surnomme un maître, un gourou, un éveillé, un témoin de la vérité ou un libéré.

L'occupation principale des ''libérés'' est de transmettre le savoir qui permet aux individus qui les écoutent de se ''libérer'' eux aussi. C'est un symptôme commun chez les éveillés, et les traditions spirituelles appellent cela la transmission. Cela se fait parfois par un échange de questions/réponses, parfois par des discours, parfois par des textes et parfois même par le silence ou la seule présence du gourou, comme avec Ramana Maharshi par exemple. Cela inspire les gens à suivre le chemin spirituel. Puisque le maître y est parvenu, ils peuvent eux aussi y parvenir, se disent-ils.

Pour ces raisons, le chercheur spirituel accorde une grande valeur à l'éveillé, car le savoir qu'il a à transmettre est le savoir ultime, le but de la vie, le secret le mieux gardé comme dirait Jean-Bouchard D'Orval.

Pourquoi je ne cherche plus l'éveil.

Moi aussi j'ai considéré les éveillés comme des êtres précieux, et comme bien des gens, j'ai consacré une partie de ma vie à cette quête. Pourtant, je ne cherche plus à me ''libérer'' et je ne souhaite pas devenir un maître spirituel.

Je pourrais bien utiliser des arguments à la Guru Papers, c'est a dire dénoncer le totalitarisme qui domine la philosophie des éveillés, et je le ferai dans le futur, mais comme j'ai mentionné dans la première moitié de ce billet, mon cheminement est personnel, il n'est pas un argument contre l'éveil.

Alors pourquoi est-ce que je ne cherche plus l'éveil ? Je ne cherche plus à m'éveiller parce que je n'ai plus la même perception des éveillés. Simplement.

Chez Ramana Maharshi, Jiddu Krishnamurti, Nisargadatta et même chez Baba et Amma je voyais le contentement, la certitude, la paix de l'esprit, le feu intérieur, la charité, la connaissance intemporelle et aussi l'inspiration apportée par ceux-ci. Avec le temps, et avec une perspective différente, les perceptions changent et la valeur accordée à certaines choses, ou à certaines personnes, s'estompe.

Ce n'est pas que je ne reconnais plus certaines de ces qualités chez certains de ces individus, mais je pense que j'exagérais leur influence et leurs apports au monde. Quand je regarde la vie des éveillés, gourous et libérés, il n'y a plus rien chez eux qui me laisse croire que l'éveil est un état qui doit être recherché.

Laissez-moi être naïf pour une seconde...imaginons qu'une personne s'éveille, et décide de poursuivre un doctorat pour ensuite mettre au point un vaccin pour une maladie infantile très grave. Un autre s'éveille, étudie notre problème de dépendance au pétrole pendant quelques années et développe un carburant propre. Un troisième produit des documentaires si percutant que leur influence met en branle un changement de cap mondial dans des domaines comme l'alimentation, l'éthique ou la politique.

Je réagirais, et je ne serais pas le seul, en disant, woah! Vous avez vu ce que l'éveil apporte? Je sais, je sais, l'éveil ne permet pas ce genre d'accomplissement et de toute façon, vaut mieux s'attaquer au problème à sa source diront les chercheurs spirituels...ce problème fondamental étant l'ego. Après, plus tard, un jour, les choses iront mieux, une fois qu'un certain seuil d'individus éveillés sera atteint, le monde changera pour le mieux, disent-ils.

L'éveil se vend comme l'apothéose de l'expérience humaine, mais ce que les éveillés apporte au monde, ce sont d'autres éveillés, et ceux-ci produisent d'autres éveillés. Un peu comme une machine qui produit d'autres machines. On demande, mais qu'est-ce qu'ils produisent ces machines? Eh bien...d'autres machines. O.k., mais à quoi sert ces machines la? Eh ben, à faire d'autres machines semblables!

Cette métaphore n'est pas de moi, mais elle décrit bien mon désintéressement pour la quête spirituelle. Les éveillés vendent des livres et font des conférences, mais n'ont pas vraiment d'influence sur les autres domaines de la connaissance humaine. Je ne dis pas qu'aucun sage ou gourou n'a jamais été moteur de changement dans la société (Gandhi me vient tout de suite à l'esprit) mais certainement pas assez pour faire un lien entre l'éveil et l'engagement social, même que la majorité des éveillés stagnèrent dans les mauvaises habitudes culturelles de leurs époques, sans tenter de les rectifier. 

Il serait plus juste de dire que l'apport des éveillés se situe à un niveau personnel. Les gens qui entrent en contact avec un éveillés et son enseignement disent en bénéficier et témoignent parfois d'un changement positif dans leurs vies, et ce, à tort et à raison. Car les individus sont peu fiables quand vient le temps de s'auto-évaluer. De plus, j'ai vu des amis(e)s changer au fils des ans sans l'enseignement des maîtres spirituels et j'ai vu des amis(e)s spirituels se dégrader...les changements en nous se font souvent grâce aux difficultés rencontrées et rarement par la volonté.

Je ne suis pas en train de dire que l'enseignement des maîtres spirituels n'est d'aucunes valeur. Il y a, bien sûr, de bons conseils et d'intéressantes observations dans leurs enseignements, personne ne peut nier l'importance d'une certaine forme d'introspection ou de travail sur les émotions par exemple. Mais sur ces aspects, les philosophies spirituelles n'ont pas l'exclusivité.

Je ne cherche plus l'éveil parce que je ne suis pas impressionné par les accomplissements de ceux qui disent l'avoir vécu. La finalité de celle-ci semble se résumer à faire des conférences et à écrire des livres. Une machine qui crée des machines identique possède peut-être un certain attrait, mais aucune utilité concrète.
  
M.A

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire